Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
Close

Mac book et cerveau

Les programmes neurologiques

 

Nous connaissons tous le nom de celui qui a crée le mac book,  le brillant Steve Jobs a conçu et paramétrer cette machine , tout comme nos parents, nous ont conçu et parametré.
 
Notre cerveau a été programmé par nos éducateurs, la qualité de ce programme dépendra de la bienveillance des parents, de leurs maladresse, ou de leur malveillance, mais nous sommes également  influencé par nos professeurs au cours de notre enfance, et parfois même des certaines personnes sans importances ,sont parvenus à nous toucher. C’est notre programmation qui définira notre pôle identitaire, qui je suis.
 
C’est là où la citation de Shakspeare prend tout son sens: 
TO BE OR NOT TO BE. Etre ou ne pas être, telle est la question. A mes 3 ans, ont a remarqué à l’école ma singularité, j’étais repliée sur moi-même dans une bulle hermétique au monde extérieur.
 
J’avais de gros problèmes de communication et de sociabilité. Je me sentais seule et complètement perdue, incomprise. On m’a répété un nombre incalculable de fois que j’étais étrange, pas normale, j’étais tout simplement non conformiste. Je me souviens, que l’on me demandait souvent , si j’avais perdu ma langue. Au mieux, on me définissait comme un enfant timide. J’ai littéralement adopté  chacune de ces critiques, et j’en ai fait ma ligne de conduite.
 
Je me suis écrit une histoire mentale, un film dramatique, un récit avec un début, un milieu et une fin. J’étais plutôt douée, Spielberg en action!Toutes mes expériences étaient synchronisées avec mon scénario interne. Résultat des comptes, beaucoup de scénarios catastrophe. En réalité ma différence s’appelle simplement syndrome d’asperger, ce syndrome appartient au spectre autistique. J’ai compris que pratiquement 80% de nos croyances, ne sont que les contaminations de notre entourage, et 85 % de ce schéma est complètement inconscient. Mais pourquoi , laissons nous nos parents nous définir ?  Parce qu’il y a un déséquilibre entre l’amour que porte l’enfant pour ses parents, et l’amour que les parents portent pour leur enfant. L’amour de l’enfant est captif puisque qu’il dépend de ses parents alors que l’amour des parents est oblatif car les parents s’offrent aux besoins de l’enfant. C’est cette dépendance qui autorise nos parents à nous définir, et nous , de s’y conformer.
 
Mais j’ai une bonne nouvelle, nous pouvons déprogrammer notre cerveau, et le reprogrammer à notre goût à l’âge adulte, de la même manière que l’on retire et ajoute des applications sur notre
I Phone. Chaque personne est différente, chaque cerveau a sa propre signature. Quelle nouvelle histoire allez-vous écrire ? 
 

L’image de soi du timide

Si vos parents vous ont collé le nom de timide,
il y a de grandes chances pour que vous le croyez et que vous
le deveniez, et comme nous le savons tous, le timide ne fait jamais quelque chose d’impactant, car il a une piètre image de lui-même. Ils se pense incapable, beaucoup trop de gens, ne savent pas grand chose d’eux-même, ils se laissent dessiner par l’extérieur. Etre timide, c’est quand même avoir l’envie de parfois se dépasser, mais il n’ira pas jusqu’au bout de son ambition car il a l’intime conviction qu’il est médiocre, il ressent un danger existentiel avant même d’avoir agit.
 
Il  secrètera autant d’hormones de stress, comme le cortisol, l’adrénaline, comme lorsque l’on vivait dans des cavernes, notre survie dépendait souvent de notre capacité, à comprendre qui était ennemi et qui était ami. L’amygdale est fait pour ces jugements instantanés qui nous protègent, que l’on appelle réponse de fuite ou de combat , on peut également rester complètement inhibé  face à un danger, comme le fait  si bien la gazelle  face au lion, lorsqu’elle ne trouve plus d’échappatoire. Le timide se retrouve donc souvent en mode survie, dès qu’il essaie de s’exposer, c’est comme s’il se faisait poursuivre par un dinosaure. Et pourquoi? Parfois la meilleure chose à faire c’est de nous battre pour ce que l’on veut vraiment, même si  c’est souvent contre  notre propre peur que nous nous battons, la peur d’être jugé, d’être blessé, peur de faire les mêmes erreurs.

La neuropsychologie

 
Je peux comprendre que la vie peut parfois paraitre  déprimante, la mort, les impôts, le chômage, sauf si l’on a de l’espoir, l’espoir abonde dans la neuro thérapie grâce aux cellules embryonnaires du cerveau que l’on appelle les neuroblast. Ces petits prodiges se fondent dans la zone sous ventriculaire de notre cerveau après une congestion, ils migrent ensuite vers les tissus abimés et les réparent. Le cerveau a ses propres mécaniciens.
La vie vous tend les bras, carrière passionnante, couple heureux, amitié sincère, indépendance, confiance financière, votre place dans le monde.
Tout ça se trouve derrière une porte.
 
Il suffit de l’ouvrir. Maintenant imaginez que cette porte soit verrouillée. Pas de clef, pas d’issus de secours. Pendant que les autres s’épanouissent. C’est ce que l’on ressent lorsque l’on grandit avec un trouble neurologique, mais aussi bien avec une mauvaise image de soi . Vous devez apprendre à vous connaitre au-delà de votre diagnostic sociétal ou médical. Qu’allez -vous décidez? Rester caché derrière cette porte, ou détruire cette porte ? Si vous décidez de franchir cette porte, ce ne sera pas facile, rien n’est facile, tout les apprentissages se font avec une certaine discipline , le mot clef est la répétition. La seule chose que vous risquez c’est de vous sentir libéré.
Chaque fois que l’on arrive à vaincre quelque chose, on ouvre de nouvelles perspectives pour en guérir d’autres. Lorsque vous souhaitez découvrir la personnalité de quelqu’un ,vous observez ce qu’il fait, sachez que nous faisons exactement la même chose pour nous-même.
Nous observons nos propres comportements, cette autoévaluation, c’est ce qui va déterminer notre estime de soi, notre valeur, ce regard jugement que l’on porte sur soi. Cette vision que l’on a de soi est vital à notre psychologie.
Je vous invite  donc à observer les gens, que voyez-vous ? Des amis, des rivaux ? Des ex ? Seriez-vous surpris que je vous dise que ça tient plutôt du fantasme. Nous apprenons à connaitre les gens à partir de quelques petits indices que l’on a collecté sur eux qui passe à travers notre filtre neuronal chargé de nos propres préjugés. On s’appuie sur notre esprit pour remplir les cases vides de leur identité. Mais qui sont réellement les gens ? La réponse se trouve dans leur cerveau pas dans le notre. On ne saura jamais qui ils sont vraiment. Tout ce que nous pouvons faire, c’est de nous servir de ce dont nous sommes sûrs, nos sentiments.

La puissance de la neuro cardiologie

Malgré l’efficience et les ressources de notre cerveau, certaines choses résistent au pouvoir de l’esprit. Parfois quand on est confronté à un problème inextricable, ce n’est pas le cerveau qui le résous, c’est le coeur. Parce que le coeur est un organe  qui pense. En 1991 les travaux du docteur Andrew Armour ont démontré que le coeur est doté de sa propre activité mentale. Il contient un système nerveux composé de 40.000 neurones qui fonctionnent indépendamment du cerveau. Il a été baptisé: « Le système nerveux intrinsèque du coeur ». Cette découverte a eu de telles répercutions qu’elle a entrainé la création d’une nouvelle discipline scientifique appelée neurocardiologie.
Le coeur et le cerveau sont reliés  par des voies efférentes et afférentes, autrement dit par des voies descendantes et montantes. 90% de ces fibres nerveuses sont montantes, allant du coeur au cerveau.
 
Le docteur Armour a découvert que ces voies qui montent vers le cerveau envoient constamment des signaux et des informations qui interagissent avec l’activité des centres cognitifs émotionnels supérieurs du cerveau. Ces signaux qui proviennent du coeur , en direction du cerveau passent par le nerf vague et continuent directement jusqu’au thalamus ,le thalamus synchronise les activités corticales telles que la pensée, la perception et la compréhension du language, puis  ces signaux continuent leur cheminement jusqu’aux lobes frontaux, qui sont responsables des fonctions motrices est de la résolution de problèmes, puis  continuent vers le centre de survie du cerveau, l’amygdale, qui est liée à la mémoire émotionnelle. Les cellules de l’amygdale se synchronisent sur les battements du coeur. En d’autres termes, la cohérence cardiaque influence la cohérence cérébrale. Plus vous vivez dans votre coeur, moins vous avez de chance de réagir négativement aux facteurs de stress dans votre vie.
Si la cohérence cérébro-cardiaque trouve son origine dans le coeur et que la synchronisation des deux organes engendre une optimisation des performances et de la santé, il est donc important que vous consacriez un espace temps chaque jour à activer votre coeur.
 
En choisissant  intentionnellement de ressentir des émotions supérieurs du coeur a défaut d’attendre quelles se produisent de l’extérieur. Abandonner vous à des sentiments d’amour et de gratitude. Installez vous confortablement au calme, assis ou allongé, puis prenez quelques profondes inspirations. Détendez l’ensemble de vos muscles. Puis portez votre attention sur votre coeur, sur les pulsations du coeur, puis écoutez, ressentez les battements du coeur. Puis ressentez  des sentiments d’amour et de gratitude pour tout les bienfaits de votre coeur, dites merci. Imaginez une lumière blanche dans votre coeur, cette lumière est le symbole de votre énergie cardiaque , puis faites la amplifier  dans l’ensemble de votre corps, et faites rayonner cette énergie tout autour de votre corps, puis envoyez cette énergie à ceux que vous aimez, puis à tout l’univers.
 

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *